Phyteis
Le siècle vert

Décideurs politiques, engagez-vous pour une agriculture souveraine et innovante !

Notre souveraineté alimentaire ne sera possible qu’en garantissant la qualité et la diversité de nos approvisionnements avec le concours des territoires et des milieux ruraux. Phyteis porte quinze mesures pour le prochain quinquennat au nom d’une agriculture résiliente.

La Ferme France peut-elle tenir toutes ses promesses pour assurer notre souveraineté alimentaire et contribuer aux équilibres mondiaux dans le cadre de la transition agricole qui s’annonce ? Certainement, tant elle dispose de ressources : grande diversité de productions, logistique performante, terroirs aux productions de qualité, expertise reconnue en matière de recherche agronomique et zootechnique. Tous ces atouts doivent être valorisés et soutenus. Car, en contrepartie, la diminution des surfaces agricoles utiles, le vieillissement des exploitants, la fragilisation financière des exploitations ainsi que les restrictions grandissantes pour accéder aux moyens de production freinent l’agriculture dans sa mission, nourrir les Hommes.

La prochaine mandature présidentielle sera déterminante pour assurer la pérennité et la compétitivité de notre agriculture sur la scène internationale tout en faisant reculer les importations.

Mesurant l’ampleur des défis, de l’enjeu impérieux de sécurité alimentaire à celui du maintien d’un tissu économique rural, les entreprises de protection des cultures interpellent les politiques via quinze mesures phares.

Elles reposent sur trois grands objectifs :

1. Garantir et préserver l’offre de solutions et à accompagner les agriculteurs dans l’évolution des pratiques
2. Soutenir l’innovation en agriculture
3. Encourager la recherche, les investissements et la production dans les territoires.

Garantir à l’agriculture des moyens de production performants

L’approche combinatoire s’appuie sur les produits conventionnels, la bioprotection, les technologies du numérique, de la robotique ou des agroéquipements, ainsi que sur les biotechnologies. Elle doit être favorisée dans une logique de transition du secteur fondée sur la protection intégrée. Dans ce cadre, le maintien sur le marché des solutions en absence d’alternatives efficaces et économiquement viables est essentiel pour ne pas fragiliser les filières. Et pour ne plus créer de distorsion de concurrence, les interdictions de produits phytosanitaires spécifiques à la France par rapport aux autres pays européens sont à supprimer.

Soutenir les agriculteurs dans les bonnes pratiques de traitement des cultures

Le soutien aux agriculteurs est à décliner de plusieurs façons. Par exemple, via l’accès facilité aux équipements de protection et dispositifs pour réduire les risques liés à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques ou de matériels de pulvérisation de précision. Les pouvoirs publics ont aussi un rôle à jouer pour restaurer le lien entre l’agriculture et la société civile, notamment via la mise en place de campagnes de communication.

Accélérer l’innovation, encourager la recherche

L’innovation, enjeu majeur de la transition agroécologique, doit bénéficier du soutien des politiques agricoles et d’investissements nationaux. En parallèle, pour aller plus vite, plus loin, Phyteis appelle à un allégement des procédures d’expérimentation, d’évaluation et d’utilisation des solutions de bioprotection. Et souligne la nécessaire évolution du cadre réglementaire pour accéder aux Nouvelles techniques de génomique (NTG), essentielles à l’amélioration variétale. Pour endiguer l’exode des chercheurs, la France doit renouer avec sa communauté scientifique, favoriser les partenariats public/privé. Quant aux vingt sites industriels français, les interdictions franco-françaises de production de substances pourraient amener à une délocalisation, avec, à terme, un impact sur la logistique d’approvisionnement des distributeurs et agriculteurs.

NOS 15 PROPOSITIONS POUR LE PROCHAIN QUINQUENNAT
POUR UNE AGRICULTURE SOUVERAINE, INNOVANTE ET RÉSILIENTE

 

1. GARANTIR L’OFFRE DE SOLUTIONS ET ACCOMPAGNER LES AGRICULTEURS DANS L’ÉVOLUTION DES PRATIQUES

1    Favoriser l’approche combinatoire dans la protection des cultures et l’accès à l’ensemble des solutions disponibles
2    Maintenir la disponibilité des solutions en l’absence d’alternatives efficaces pour les cultures et économiquement viables pour les agriculteurs
3    Encourager le recours aux outils de protection des exploitants et de l’environnement
4    Soutenir les agriculteurs dans le déploiement des bonnes pratiques
5    Protéger les lieux et les moyens de production contre les actes de destruction illégaux
6    Mettre fin aux surtranspositions nationales par rapport au droit communautaire

2. SOUTENIR L’INNOVATION EN AGRICULTURE

7    Soutenir le développement et la mise sur le marché des outils et des équipements permettant une utilisation ciblée des solutions de protection des plantes
8    Soutenir et favoriser la mise sur le marché des produits de bioprotection
9    Soutenir l’élaboration d’un cadre réglementaire applicable aux biotechnologies agricoles
10  Élaborer des politiques fondées sur la preuve et la science

3. ENCOURAGER LA RECHERCHE, LES INVESTISSEMENTS ET LA PRODUCTION DANS LES TERRITOIRES

11  Encourager la R&D et les investissements dans les solutions innovantes
12  Favoriser la compensation carbone des entreprises dans l’agriculture française
13  Encourager les partenariats de recherche publique et privée
14  Encourager la production en France
15  Encourager l’installation de laboratoires et de centres de recherche

Ceci pourrait aussi vous intéresser

Etude Systèmes de transfert fermés, la force du collectif

En savoir plus
Restez informé de nos actualités Je m'inscris à la Newsletter