Partager ce contenu

Plateforme Trajectoire, quel bilan pour réduire les phytos ?

La Plateforme Trajectoire est une parcelle d’expérimentation de 10 ha de la ferme expérimentale d’AgroParisTech, située à Grignon. Elle entame cette campagne son deuxième cycle de rotation (5 ans). L’équipe de la ferme partage les résultats lors de la journée de l’Innovation agricole du 23 mai 2024.

Depuis cette campagne, la Plateforme Trajectoire accueille trois nouveaux partenaires financiers, l’Ademe, le Conseil régional IDF et GRDF.

Des cultures à vocation énergétique s’insèrent dans deux nouveaux systèmes de cultures intensifs en production de biomasse. Elles complètent celles destinées à l’alimentation humaine ou animale.

L’objectif global de ce dispositif est de créer des indicateurs de performances économiques et environnementales pour chaque système  de production. Ainsi, l’Indicateur de fréquence de traitement (IFT)des produits phytopharmaceutiques figure parmi ceux évaluant l’impact environnemental des pratiques.

Concrètement, tous les itinéraires techniques visent un objectif de baisse de l’IFT par rapport à la référence régionale calculée sur la base de données d’IFT de la période 2011-2014. S’ajoutent des ambitions en termes de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, de stockage du carbone et d’amélioration de la biologie du sol, etc.

En parallèle, la Plateforme Trajectoire débute sa deuxième rotation quinquennale. Toutefois, le financement n’est pas complètement bouclé à ce jour. L’équipe de la ferme espère tout de même emmener le dispositif jusqu’à la cinquième année, soit pour la récolte 2027.

En termes de résultats, un rapport d’analyse complet sera accessible d’ici à l’été et téléchargeable sur le site web du projet. D’ores et déjà, de premiers bilans confirment la possible mise en place d’itinéraires économes en intrants sans fragiliser la marge, dans le contexte de l’essai. En effet, les rendements sont très bons mais parfois en deçà des rendements en conventionnel. Également, ils révèlent les réalités agronomiques qui conduisent à modifier les pratiques ou à repenser les référentiels.

Les sept bandes de la Plateforme Trajectoire ont chacune leur objectif de production. Les thèmes sont : agriculture biologique, bas intrants, bas carbone, performance nourricière, agriculture de conservation.

Depuis 2023, deux bandes « méthanisation » intègrent à la fois des cultures destinées à l’alimentation des humains et/ou des élevages ainsi que des cultures pour l’énergie.

Objectifs de baisse des phytos atteints dans la bande bas intrants

Les résultats IFT de l’itinéraire bas intrants correspondent aux attentes de l’équipe de la Plateforme Trajectoire. Ainsi, pour le blé, en 2023, l’IFT est de 1,38. Il se situe en dessous de l’objectif de 2,65 (soit une baisse de 60 % de l’IFT régional).

De plus, les pratiques ne conduisent pas à une perte de productivité importante, avec une récolte 2023 de 95 q/ha. Cette dernière correspond à l’objectif préalable de 80 à 90 % de la moyenne olympique de la parcelle. « Nous avons une tolérance au risque élevée sur cette modalité, mais nous avons d’excellentes terres de limons profonds, rappelle Sophie Carton, responsable du dispositif. Toutefois, si la réponse au niveau rendement est au rendez-vous, la qualité ne suit pas pour les céréales. La teneur en protéines est souvent plus faible.» Établi à 11, 7 %, ce taux est notamment dû à une fertilisation plus faible.

Par ailleurs, la bande Agriculture biologique (AB) amène cette année à un changement d’objectif en raison d’une difficulté technique. « Progressivement, elle a été envahie de coquelicots, témoigne Sophie Carton. Par conséquent, nous installons sur deux ans de la luzerne. Cette culture sert à nourrir notre troupeau. Nous n’avons pas d’autres solutions pour réduire la pression des adventices. »

De même, dans l’itinéraire Agriculture de conservation, des tapis de ray-grass se sont installés au fil du temps. « Un problème de contamination par les machines », partage la responsable.

Meilleure marge dans la bande performance nourricière

Pour les autres bandes de la Plateforme Trajectoire, les pratiques agricoles sont également optimisées techniquement. « L’itinéraire performance nourricière donnent les meilleurs résultats économiques », indique Sophie Carton. De surcroît, ce mode de conduite nourrit 176 personnes/ha par rapport à celui « bas intrants » qui en nourrit 158.

En blé, la marge nette de la bande performance nourricière ressort à 1300 euros/ha en 2023. Le rendement est de 104 q/ha avec 13, 2 points de protéines. En revanche, l’objectif d’IFT s’avèrent impossible à tenir en raison des fortes pressions insectes à l’automne dans les céréales. « Sur la période de référence de l’IFT, le contrôle des pucerons se faisait en traitant les semences avec les néonicotinoïdes, détaille-t-elle. Or, les traitements de semences n’entraient pas dans le calcul de l’IFT. Désormais, nous devons passer plusieurs insecticides foliairesDe plus, la succession d’automnes et d’hivers très doux accentue la pression. »

Par conséquent, l’IFT total en 2023 est de 7,8 contre un objectif de 5,3. Ce dernier correspondant à une baisse de 20 % par rapport à la référence. « En 2018, nous étions en dessous de l’objectif avec un IFT de 3,7 », complète la responsable de la Plateforme Trajectoire. Certainement, il faudra revoir les référentiels en lien avec les résultats de la récente enquête Pratiques culturales grandes cultures d’Agreste.

Enfin, les biosolutions pour faire baisser les IFT constituent une alternative. Elles peuvent intégrer les itinéraires techniques si elles correspondent bien à la stratégie. Autrement, elles se travaillent dans des bandes adjacentes, en dehors de la plateforme.

Dans tous les cas, des compromis agronomiques et environnementaux émanent des différents objectifs de la Plateforme Trajectoire. Bas carbone, bas intrants, stockage de la matière organique et productivité, font partie des attentes fortes des cahiers des charges des filières alimentaires.

Retrouvez-vous aussi en vidéo la présentation de la Plateforme Trajectoire

Les partenaires de la Plateforme Trajectoire

Financiers :

Ademe et Région Ile-de-France (depuis 2024), Agende de l’eau Seine-Normandie (via Ecophyto II)

Corteva, Eurochem, Bioline by Invivo (jusqu’2023), GRDF (depuis 2023)

Techniques : Axereal, NatUp, Inrae, Chambre d’agriculture Ile-de-France.

La rotation des cultures

  • Rotation culturale N° 1 : blé, deuxième céréale (orges hiver ou de printemps, triticale ou blé), colza, blé, maïs. Le colza est remplacé par la féverole en AB.
  • Rotation culturale N° 2 : idem. Toutefois, de la luzerne intègre la rotation en AB. Les bandes méthanisation comprennent des Cultures intermédiaires à usage énergétique (Cive) : blé, seigle-maïs, orge-sorgho, seigle-maïs.

Sophie Carton, responsable de la Plateforme Trajectoire