Paroles d'experts Phyteis
Le siècle vert

Dossier spécial Biotechnologies, voie prometteuse en protection des cultures

Études de gènes,  « retouches », les biotechnologies constituent une voie incontournable pour accélérer la transition agroécologique en santé des cultures. Elles représentent un vaste ensemble de techniques utilisées pour de nombreux traits agronomiques et nutritionnels. Largement développées pour améliorer la résistance des variétés aux maladies et au stress climatique, les biotechnologies ont investi la recherche sur les bioagresseurs, grâce à l’explosion du digital et de la robotique. Elles permettent de proposer des tests précoces de détection et de surveiller l’émergence de nouveaux mutants. Autre champ d’exploration : le microbiote du sol. S’il est étudié depuis les années 1950, ce n’est que très récemment que le séquençage aide à mieux comprendre la vie des sols. Ces nouvelles connaissances ouvrent un immense champ de recherche dans la bioprotection.

Les biotechnologies pour accélérer la transition agroécologique

Amélioration variétale, connaissance des bioagresseurs, compréhension du microbiote du sol : ces trois applications constituent des piliers essentiels à l’approche combinatoire et pluridisciplinaire de la protection des cultures.

Des plantes plus résistantes aux bioagresseurs obtenues plus vite

L’édition du génome répond aux objectifs de préservation des récoltes en qualité et en quantité. Blé résistant à l’oïdium, maïs tolérant à la sécheresse, pomme de terre résistante au mildiou… toutes ces variétés ont été obtenues par un remodelage très précis de l’ADN, sans apport de gènes étrangers ! Plus de 80 programmes de recherche sont recensés dans le monde. Deux à trois années sont systématiquement gagnées !

Édition du génome et résistance aux bioagresseurs, l’exemple d’une tomate française

En France, le programme de recherche public GENIUS a acquis la technique de l’édition du génome et l’a appliqué à plusieurs espèces. Une tomate résistante à, un virus transmis par les pucerons (le potyvirus), a pu être développée. Sa source d’inspiration ? Le poivron.

Mieux connaitre les bioagresseurs pour mieux les maitriser

Recherche de mutations chez les insectes et champignons, évaluation du pouvoir infectieux d’un virus, les biotechnologies inventent une autre façon de veiller sur la santé des cultures. Parmi les plus utilisées : le séquençage.

Caractériser le microbiote du sol pour renforcer la bioprotection

La connaissance de la vie des sols par les biotechnologies ouvre une troisième voie d’application en lien avec deux autres piliers de la protection des cultures : la bioprotection et l’agronomie digitale.

Ceci pourrait aussi vous intéresser

Règlement utilisation durable des pesticides (SUR) : comment se positionne la France ?

SUD, acronyme de Sustainable Use of pesticides Directive, va devenir SUR, basculant du statut de directive européenne à celui de règlement, plus contraignant pour une mise en œuvre en 2023. Travaillant en interaction avec la Commission, les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique sont vigilants sur les objectifs que devra tenir la France. Décryptage avec Virginie Alavoine de la DGAL du projet de texte dont la publication est attendue avant l’été.

En savoir plus
Restez informé de nos actualités Je m'inscris à la Newsletter