Partager ce contenu
Veille Secteur

Les bénéfices des technologies d’agriculture numérique quantifiés

La revue Smart Agricultural Technology publie une synthèse scientifique sur les bénéfices économiques et avantages environnementaux qu’apportent les technologies d’agriculture numérique. Chiffres à l’appui, ces impacts se mesurent notamment avec la baisse des intrants et des gains de rendement. 

Un article de la revue Smart Agricultural Technology compile les résultats de 136 publications internationales et de 28 projets européens sur les technologies d’agriculture numérique. « Enfin, une étude regroupe et approfondit de vraies données chiffrées, commente Julien Durand-Réville, responsable agronomie digitale chez Phyteis. Ces données étayent les informations sur les bénéfices qu’apporte le numérique. Le digital, c’est vraiment de l’optimisation avec une valeur concrète. »

En synthèse, l’étude indique que « les avantages économiques et environnementaux sont étroitement liés ». En effet, les gains d’efficacité contribuent directement à la réduction des impacts environnementaux. « Ces avantages illustrent le rôle central des technologies digitales agricoles dans la facilitation d’une transition vers des systèmes agricoles à la fois plus durables et économiquement viables », estiment les auteurs.

Cinq catégories de technologies d’agriculture numérique évaluées

L’article distingue la contribution de cinq catégories de technologies d’agronomie digitale.

  • Technologies d’enregistrement et de cartographie (Recording and Mapping TechnologieRMT)

Il s’agit des outils de captation de données à la parcelle, des systèmes d’alertes connectés et des cartographies de rendements.

  • Systèmes de guidage et agriculture à circulation contrôlée (Guidance and Controlled Traffic FarmingCTF)

Ces technologies recouvrent le guidage RTK et les itinéraires optimisés.

  • Technologies à débit variable (Variable Rate TechnologiesVRT)

Elles s’emploient pour piloter l’irrigation, la fertilisation et optimiser la protection des cultures avec davantage de précision de précision. Par exemple, ces technologies permettent des modulations de doses intra parcellaires.

  • Robots ou machines intelligentes (Robotic Systems or Smart Machines– RSSM)

Cette catégorie rassemble les drones et les robots. Ces machines souvent dotées d’intelligence artificielle peuvent aussi être interopérables. Certaines travaillent même en essaim.

  • Systèmes d’information de gestion agricole (Farm Management Information SystemsFMIS)

Ils recouvrent notamment les systèmes de gestion parcellaires, les outils d’aide à la décision ou de prédiction du risque bioagresseurs…

Jusqu’à 62 % de hausse de rendement avec des technologies d’agriculture numérique

Les impacts les plus significatifs s’obtiennent avec les technologies de cartographie (RTM) et de guidage (CTF). Par exemple, la réduction de l’application des engrais peut aller jusqu’à 80 %. Cette performance s’obtient lorsque les RMT et CTF se combinent.

Dans le même registre, les systèmes de modulation (VRT) diminuent de 60 % de l’utilisation d’engrais. Quant aux produits phytopharmaceutiques, l’économie d’emploi atteint 80 %. De surcroît, ces technologies de modulation assurent une amélioration du rendement sur une fourchette de 5 à 62 %.

Les bénéfices de la robotique et de l’IA (RSSM) concernent le recours à la main-d’œuvre avec 97 % de baisse. De plus, la consommation de diesel diminue de 50 % avec ces machines.

Par ailleurs, les systèmes de gestion et les OAD (FMIS) améliorent le rendement de Également, ces dispositifs permettent de réduire simultanément les coûts de main-d’œuvre et d’intrants.

Moindre impact environnemental des pratiques agricoles

D’un point de vue environnemental, la VRT apporte des économies d’eau. Par exemple, elles sont de l’ordre de 20 % à 50 % dans les vignobles et les vergers de poiriers. En parallèle, un recul significatif des émissions de gaz à effet de serre s’observe.

Tous ces résultats illustrent le rôle essentiel des technologies d’agriculture numérique dans l’amélioration de l’efficacité et de la durabilité des pratiques. Preuve de leur déploiement, une précédente publication de Smart Agricultural Technology, recense en dix ans, 239 études sur ces thématiques. En complément, elle se penche sur les bénéfices environnementaux ?

  • Réduction de la consommation d’énergie : Input factors & Energy savings
  • Baisse de la consommation énergétique : Reduction in energy consumption
  • Amélioration l’efficacité énergétique Energy efficiency improvement
  • Diminution de la contamination de l’eau Reduction in water contamination
  • Baisse de l’empreinte carbone Reduction in carbon footprint
  • Réduction des impacts environnementaux et du risque de maladie Reduction in environmental impacts & Disease risk